poême

Publié le par Daniel

Pour réaliser le Soi,

Spontané pur et non duel

Saisissons qu’il se manifeste comme homme et femme

Et que son propre Soi, créatif par nature,

Manifeste la réalité à travers l’expression du corps.

Spontanément apparaît une femme (homme) délicieuse (eux).

L’éveil prend la forme d’un corps

Et le Bouddha, passionné et joueur

Sent émerger désir et plénitude.

Alors, laissant jaillir des murmures,

Le soi tel un danseur dans un rêve,

Se délecte au jeu des cinq sens.

Par un discours sincère et doux,

Il fait glisser l’aimé(e) en son cœur

La (Le) couvre d’un subtil parfum

Et la (le) savoure, buvant sa fragrance.

Il vit cette union comme semblable

Au contact de cent jarres de nectar

Et tous deux embrassés

Jouissent de toutes les nuances

De cette bénédiction.


Poème tiré des soutras tantriques de la Princesses Lakshmînkarâ, yoginî du 11ème siècle ; selon les enseignements du tantrisme ce texte est à lire au 1er comme au 2ème degré, comme d’ailleurs au masculin ou même au féminin.


Source : Le Grand Sommeil des Eveillés de Daniel Odier

Publié dans tantra

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article